La filière des sciences agronomiques à l’université n’est pas beaucoup fréquentée, voir même dans les écoles secondaires au monde et surtout en Afrique.
En effet cette dernière est considérée comme inutile et ne valant pas la peine d’exister car on y apprend uniquement ce que les paysans pratique déjà sans passer nécessairement au banc de l’école.
Et bien si vous êtes de cet avis, je suis vraiment désolé de vous informer que vous vous trompez au sujet des sciences agronomiques. Ces dernières ne sont pas seulement réduites à la production agricole, mais sont plus étendues que vous ne le croyez.
Que direz-vous, si vous étiez informé que l’agronomie est le domaine incontournable pour la production de l’énergie demain ? Eh bien, mis appart la production agricole, l’agronomie comporte à son sein, la transformation des produits agricoles, l’économie agricole, la zootechnie et ce qui vas vous étonnez, la bioénergie.
En effet la bioénergie désigne les formes d’énergie stockées par la biomasse (surtout par conversion photosynthétique d’énergie solaire). Il s’agit par exemple des cultures énergétiques, des résidus agricoles et forestiers, des déchets organiques, qui peuvent être utilisés pour produire de la chaleur, du froid, de l’électricité ou des carburants. Tant qu’elle n’est pas surexploitée, elle est considérée comme « renouvelable ».
Les combustibles fossiles en sont exclus. L’intérêt moderne pour la bioénergie a plusieurs origines :

  • La volonté de réduire des émissions de CO2, de méthane et d’autres gaz à effet de serre ;
  • Recherche de sources d’énergie alternatives aux énergies fossiles, qui soient au moins en partie renouvelables. ;
  • Indépendance stratégique vis-à-vis de celles-ci ;
  • Opportunités récemment offertes par les biotechnologies (ex : éthanol cellulosique produit par génie génétique via des bactéries génétiquement modifiées).

Quelques exemples de la bioénergie sont :
– Bois-énergie
– Biocarburants
– Biogaz
A part ces avantages que procure la bioénergie, il est primordiale de comprendre que les liens entre la bioénergie et la sécurité alimentaire sont complexes. Le défi de la durabilité du développement de la bioénergie est plus important encore lorsqu’on essaie d’y inclure les bénéfices potentiels que la bioénergie peut apporter en matière de développement rural, de sécurité climatique et énergétique. Une approche intégrée est nécessaire pour prendre en compte ces liens et pour promouvoir à la fois « alimentation et combustible », et pour veiller à ce que la bioénergie contribue au développement durable. Cette approche nécessite:

  • Une connaissance approfondie de la situation et des opportunités, risques, synergies et compromis y-afférents;
  • Un environnement politique et institutionnel favorable, avec des politiques sensées et flexibles et des moyens efficaces pour les mettre en œuvre;
  • La mise en œuvre de bonnes pratiques par les investisseurs et les producteurs afin de réduire les risques et d’accroître les opportunités de la bioénergie; Et des instruments de politiques appropriés pour promouvoir ces bonnes pratiques;
  • Une surveillance, une évaluation et une réponse appropriées aux impacts.

Et qui peut résoudre ce défi si ce n’est que l’ingénieur agronome !!!!!!!! ca faut la peine de souhaite la bienvenue au jeunes qui aspire à la carrière agronomique.

GUELOR KASEREKA LWALEMENE